Allergènes des acariens

  d1 Acariens dermatophagoïdes

Description de l'allergène

Dermatophagoides pteronyssinus

Famille :

Pyroglyphidae

Les acariens sont l'une des sources les plus courantes de sensibilisation dans le monde entier. Dermatophagoides pteronyssinus, D. farinae et D. microceras sont présents dans les mêmes régions, mais leur distribution diffère selon les régions.

Les acariens ont un cycle de vie d'environ 2 à 3 mois. Ils mesurent jusqu'à 0,3 mm. Ils vivent dans les poussières domestiques et prospèrent dans les environnements chauds et humides. Les fèces d'acariens semblent être la source principale d'exposition aux allergènes. Ils ont environ la taille d'un grain de pollen et peuvent donc facilement être transportés par l'air et pénétrer dans les alvéoles pulmonaires.

Exposition à l'allergène

La poussière, les tapis, les oreillers, les matelas et les meubles tapissés contenant des matières biologiques, en particulier des phanères humains, sont des réservoirs d'acariens dermatophagoïdes. D'autres sources d'exposition sont les logements humides (> 45 % d'humidité relative) ou les habitations à faible altitude.

Réactivité croisée

Les allergènes d'acariens ont des déterminants communs et des déterminants spécifiques à l'espèce. Les déterminants allergènes sont communs avec d'autres acariens de la famille Pyroglyphidae et sont fortement réactifs avec d'autres espèces Dermatophagoides. Une réactivité croisée limitée avec les acariens de stockage (non dermatophagoïdes) semble exister. Certaines protéines allergènes d'acariens tels que la tropomyosine ont une forte réactivité croisée avec les invertébrés tels que les crevettes, les escargots, les blattes et les chironomidés.

Expérience clinique

Réactions à médiation IgE

Les études menées chez les personnes allergiques aux acariens dermatophagoïdes partout dans le monde ont montré que ces acariens sont l'une des causes les plus fréquentes de symptômes tels que l'asthme, la rhinite et la conjonctivite chroniques, avec des manifestations souvent nocturnes ou du petit matin.

Il a été démontré que la réduction de la quantité d'allergènes d'acarien peut améliorer notablement les symptômes d'asthme. A ce jour, la seule méthode efficace pour réduire de manière permanente les allergènes des acariens dermatophagoïdes semble être d'abaisser l'humidité et la température ambiante et de procéder à un nettoyage efficace.