Connectivites

Tests unitaires (1)

Marqueurs les plus courants pour le lupus érythémateux disséminé, la connectivite mixte et le syndrome de Sjögren.

dsDNA | U1RNPSm  | SS-A/Ro | SS-B/La | Rib-P | Mi-2  NOUVEAUTÉ ! | Fibrillarine  NOUVEAUTÉ !

 

ADNdb

Produits

N° article

Nombre de tests

Varelisa dsDNA Antibodies 141 96 96 tests
EliA dsDNA 14-5500-01 4 x 12 tests

Support promotionnel

Performance Folder

Antigènes

L'acide désoxyribonucléique (ADN) en tant qu'antigène peut être soit double brin (ADNdb), soit simple brin (ADNsb), mais seuls les anticorps anti-ADNdb servent de marqueurs spécifiques. L'ADN provenant du tissu, de la cellule eucaryote, des bactéries ou des bactériophages est utilisé pour les tests anti-ADN. L'ADN plasmidique circulaire est un choix parfaitement adapté dans la mesure où le risque d'incorporer des brins simples est extrêmement faible.

Dans les tests Varelisa et EliA, l'ADN utilisé est un ADN plasmidique recombinant double brin.

Maladies associées, prévalence des anticorps et spécificité

Pour le lupus érythémateux disséminé (LED), la prévalence des anticorps varie de moins de 30 à plus de 90 % selon la méthode utilisée et l'état d'activité des patients.Les anticorps anti-ADNdb relèvent des critères de diagnostic de l'ACR pour le LED.

Informations sur le lupus érythémateux systémique

La spécificité de la maladie varie considérablement en fonction de la méthode utilisée. Avec des méthodes extrêmement sensibles, les anticorps anti-ADNdb peuvent être détectés dans les cas d'uvéite, de lupus érythémateux chronique, de polyarthrite rhumatoïde et de polyarthrite rhumatoïde juvénile, ainsi que chez de nombreux patients. Dans ces cas, il est principalement question d'anticorps de l'isotype IgM de l'IgG ayant une faible avidité.  

Activité de la maladie

Bonne corrélation entre le titre anti-ADNdb et l'activité de la maladie, ce qui est important pour la surveillance, en particulier pour les anticorps IgG présentant une avidité élevée. L'élévation du titre des anticorps permet d'anticiper une aggravation de la maladie. La concentration d'IgG anti-ADNdb quantitative devrait être mesurée régulièrement chez les patients atteints de LED.

Quand le dosage est-il recommandé?

En cas de suspicion de LED, surveillance du LED.

Isotypes des anticorps

IgG. Le taux d'IgM est souvent déterminé, mais la signification clinique dans le diagnostic et la surveillance est réduite.

Méthodes de détection

Immunofluorescence indirecte sur Crithidia luciliae (CLIFT), test radioimmunologique(principalement le etst de Farr) et dosages immunoenzymatiques (ELISA, enzyme-linked immunosorbent assays).

Références

Hochberg MC (1997)  |  Bootsma H, Spronk PE, Ter Borg EJ et al. (1997)  |  Tzioufas AG, Tergoglou C, Stavropoulos ED et al. (1990)

Haut de la page

 

 U1RNP

Produits

N° article

Nombre de tests

Varelisa RNP Antibodies 170 96 96 tests
Varelisa RNP-Sm Antibodies 165 96 96 tests
EliA U1RNP 14-5501-01 4 x 12 tests
EliA RNP70 14-5511-01 4 x 12 tests

Support promotionnel

Performance Folder
EliA ANA Differentiation (PDF)
Sm, U1RNP, RNP70, Ro, La, Scl-70, CENP, Jo-1

Antigènes

À l'état naturel, les petits ARN nucléaires, également appelés ARN uraciles, existent sous forme de particules ribonucléoprotéiques (snRNP). Le snARN U1 est présent sous forme de complexe avec les protéines Sm, qui sont également détectées dans les snRNP U2, U4 et U5, et les protéines 70 kDa, A (34 kDa) et C (22 kDa) spécifiques à l'U1.

Les complexes snU1RNP  sont principalement localisés dans le nucléoplasme et sont impliqués dans le processus d'épissage.

Le test Varelisa RNP Antibodies et les tests Elia U1RNP et RNP Wells utilisent les protéines snU1RNP  recombinantes humaines. Le test Varelisa RNP-Sm Antibodies contient le complexe purifié.

Maladies associées, prévalence des anticorps et spécificité

  • Une réaction anti-RNP peut se produire chez 30 à 40 % des patients atteints de lupus érythémateux disséminé. Les sérums SLE peuvent être monospécifiques pour l'anti-RNP, bien que cet anticorps apparaisse en conjonction avec d'autres spécificités d'anticorps. Les sérums positifs aux anticorps anti-Sm sont presque toujours également positifs pour les anticorps anti-RNP.
  • La connectivite mixte est définie par la présence d'une forte concentration d'anticorps anti-RNP (en particulier des anticorps anti-70 kDa, mais également anti-A et -C).
  • Les anticorps anti- U1RNP peuvent également apparaître chez quelques patients atteints du syndrome de Sjögren, de polyarthrite rhumatoïde, de sclérodermie et de polymyosite.

Activité de la maladie

Des études longitudinales ont indiqué que les titres en anticorps anti-U1 RNP variaient dans le temps, mais on ignore si ces niveaux reflètent ou non l'activité de la maladie sous-jacente.

Quand le dosage est-il recommandé?

En cas de suspicion d'un LED ou d'une connectivite mixte

Isotypes des anticorps

IgG

Autres méthodes de détection

Immunofluorescence indirecte sur HEp-2 (de type moucheté à gros grains). La technique de l'immunofluorescence ne permet pas de distinguer les anticorps anti-snU1RNP  des anticorps anti-Sm. D'autres techniques (immunodiffusion, immunoempreinte, immunoprécipitation des ARN, etc.) sont possibles mais pas nécessairement utiles pour les tests courants.

Références

Van den Hoogen FHJ, Van de Putte LBA (1996)  |  Craft J, Hardin J (1992)  |  Peng SL, Craft JE (1996)

Haut de la page

 

Sm

Produits

N° article

Nombre de tests

Varelisa Sm Antibodies 182 96 96 tests
EliA SmDP 14-5624-01 4 x 12 tests

Support promotionnel

Performance Folder
EliA ANA Differentiation (PDF)
Sm, U1RNP, RNP70, Ro, La, Scl-70, CENP, Jo-1

Antigènes

À l'état naturel, les petits ARN nucléaires, également appelés ARN uraciles, existent sous forme de particules ribonucléoprotéiques (snRNP). Les snRNP U1, U2, U4, U5 er U6 contiennent toutes un groupe de protéines, appelées les peptides Sm, les principales cellules cibles étant les polypeptides B et D. En raison de la réactivité croisée entre les protéines A, C et B/B', jusqu'à 60 % des anticorps sériques anti-U1RNP peuvent réagir avec les protéines B/B'. Par conséquent, seule la présence d'anticorps anti-D et/ou l'absence d'anticorps anti-A et anti-C peut être considérée comme caractéristique d'un anticorps sérique anti-Sm. Jusqu'à présent, tous les tests visant à produire une protéine SmD recombinante antigénique offrant une bonne réactivité ont échoué en raison de sa structure très particulière. En 2004, un nouveau test ELISA utilisant un peptide SmD diméthylé a révélé une spécificité considérablement supérieure à celle des tests classiques reposant sur un SmD purifié.

Le test EliA SmDP et le test Varelisa Sm Antibodies sont recouverts de peptides SmD.

Maladies associées, prévalence des anticorps et spécificité

Da,s le Lupus Erythémateux Disséminé (LED) (10 à 20 % chez les patients de type caucasien atteints de LED), les anticorps Sm sont un marqueur hautement spécifique, mais relativement insensible du LED. Leur présence constitue l'un des critèresde diagnostic révisés ARA

Informations sur le lupus érythémateux systémique

Les sérums positifs aux anticorps anti-Sm sont presque toujours également positifs pour les anticorps anti-RNP.

La réactivité n'est pas décrite de façon absolue dans les autres maladies, bien que quelques maladies décrivent la présence d'anticorps Sm dans les gammapathies monoclonales, la schizophrénie et l'uvéite.

Activité de la maladie

De nombreuses études suggèrent que la présence d'anticorps anti-Sm est associée à l'activité de la maladie et à des manifestations particulières de la maladie.

Quand le dosage est-il recommandé?

En cas de suspicion de LED.

Isotypes des anticorps

IgG

Autres méthodes de détection

Immunofluorescence indirecte sur HEp-2 (fluroescence ponctuée sur tout le noyau ; seules les régions nucléolaires ne sont généralement pas marquées). La technique de l'immunofluorescence ne permet pas de distinguer les anticorps anti-snRNP U1 des anticorps anti-Sm. D'autres méthodes (électrosynérèse, immunoprécipitation, immunoempreinte) peuvent être utilisées mais ne sont pas généralement pas utilisées en routine.

Références

Mahler M, Fritzler MJ, Blüthner M (2004)  |  Peng SL, Craft JE (1996)  |  Hoch SO (1994)  |  Craft J, Hardin J (1992)

Haut de la page

 

SS-A/Ro

Produits

N° article

Nombre de tests

Varelisa SS-A/Ro Antibodies 166 96 96 tests
EliA Ro52 14-5598-01 2 x 12 tests
EliA Ro60 14-5525-01 4 x 12 tests
EliA Ro 14-5503-01 4 x 12 tests

Support promotionnel

Performance Folder
EliA ANA Differentiation (PDF)
Sm, U1RNP, RNP70, RO, La, Scl-70, CENP, Jo-1

Antigènes

La particule SS-A/Ro contient un ARN hY (ARN cytoplasmique humain) et les protéines associées : protéine 60 kDa et 52 kDa. La protéine 52 kDA n'est pas directement liée à l'ARN hY mais à la protéine 60 kDa. Il semble que la protéine 52 kDA soit parfois associée à la particule SS-A/Ro, mais pas toujours. L'antigène Ro est présent à la fois dans le cytoplasme et dans le noyau. Le rôle de la particule SS-A/Ro dans la cellule demeure encore inconnu.

Nos tests utilisent les protéines Ro 60 et Ro 52 recombinantes humaines.

Maladies associées, prévalence des anticorps et spécificité

  • Syndrome de Sjögren primaire (60-75 %), partie des critères de diagnostics 
  • Syndrome de Sjögren secondaire (environ 80%)
  • Lupus érythémateux disséminé, LED (40-50%)
  • Mères d'enfants souffrant de lupus néonatal (100 %), mais seulement un enfant sur 50 né d'une mère présentant des anticorps anti-Ro développe un bloc cardiaque. 
  • Polyarthrite rhumatoïde (2-10 %)
  • Autres maladies auto-immunes (rarement, avec les méthodes sensibles)
  • Contrôles normaux (0,5 %)

Les anticorps anti-Ro 52 kDa sont fréquemment détectés chez les patients atteints du syndrome de Sjögren, tandis que les anticorps anti-Ro 60 kDa sont davantage observés chez les patients souffrant de LED.

Informations sur le syndrome de Sjögren

Activité de la maladie

Les anticorps anti-Ro reflètent l'extension de la maladie dans le cas du syndrome de Sjögren et sont en particulier associés aux manifestations extragranulaires et aux résultats sérologiques du syndrome. D'un autre côté, les niveaux d'anticorps anti-Ro ne fluctuent pas de façon notable avec l'activité de la maladie ou avec l'administration de stéroïdes et/ou d'une immunothérapie.

Chez les patients atteints de LED, le profil d'anticorps anti-Ro60, Ro52 et La est fixé dès les premières phases de la maladie et n'évolue que très peu dans la plupart des cas.

Quand le dosage est-il recommandé?

  • En cas de suspicion de syndrome de Sjögren primaire
  • Affection cutanée compatible avec un lupus érythémateux cutané subaigu
  • Polyarthrite rhumatoïde, avant l'administration de D-pénicillamine
  • Femmes atteintes du syndrome de Sjögren, de LED ou de polyarthrite rhumatoïde avant et pendant la grossesse

Isotypes des anticorps

IgG

Références

Reichlin M, Scofield RH (1996)  |  Mavragani CP, Tzioufas AG, Moutsopoulos HM (2000)  |  Scofield RH, Farris AD, Horsfall AC, Harley JB (1999)

Haut de la page

 

SS-B/La  

Produits

N° article

Nombre de tests

Varelisa SS-B/La Antibodies 166 96 96 tests
EliA La 14-5504-01 4 x 12 tests

Support promotionnel

Performance Folder
EliA ANA Differentiation (PDF)
Sm, U1RNP, RNP70, RO, La, Scl-70, CENP, Jo-1

Antigènes

La/SS-B est une phosphoprotéine universellement exprimée avec 47 kDa, qui s'associe à divers petits ARN, notamment l'ARN hY de la particule SS-A/Ro. La protéine La est probablement une transcription d'un facteur de terminaison pour l'ARN polymérase III et est présente aussi bien dans le cytoplasme que dans le noyau.

Nos tests utilisent la protéine La recombinante humaine.

Maladies associées, prévalence des anticorps et spécificité

  • Syndrome de Sjögren primaire (jusqu'à 90 %), critère de diagnostic
  • Syndrome de Sjögren secondaire (environ 50 %)
  • Lupus érythémateux disséminé, LED (6-15 %)
  • Lupus érythémateux cutané subaigu (25-35 %)
  • Mères d'enfants atteints du lupus néonatal (90 %)

Informations sur le syndrome de Sjögren

Les anticorps anti-La sont presque toujours associés à l'anticorps anti-Ro, et en particulier au composant 52 kDa.

Activité de la maladie

On ne sait si le titre en anticorps anti-La est corrélé ou non à l'activité de la maladie dans le cas du syndrome de Sjögren ou du LED. La détection intrinsèque de précipitines anti-La est un résultat sérologique stable qui ne fluctue pas au cours de la maladie.

Quand le dosage est-il recommandé?

  • En cas de suspicion de syndrome de Sjögren primaire
  • Affection cutanée compatible avec un lupus érythémateux cutané subaigu
  • Polyarthrite rhumatoïde, avant l'administration de D-pénicillamine
  • Femmes atteintes du syndrome de Sjögren, de LED ou de polyarthrite rhumatoïde avant et pendant la grossesse

Isotypes des anticorps

IgG

Références

Keech CL, McCluskey J, Gordon TP (1996)  |  Mavragani CP, Tzioufas AG, Moutsopoulos HM (2000)  |  Scofield RH, Farris AD, Horsfall AC, Harley JB (1999)

Haut de la page

 

Ribosome P

Produit

N° article

Nombre de tests

EliA Rib-P 14-5521-01 2 x 12 tests

Antigène

Le lupus érythémateux disséminé (LED) est un trouble auto-immun caractérisé par l'affection de plusieurs organes conduisant à une invalidité et à un risque de mortalité accru. Les anticorps anti-protéines ribososomales P (anti Rib-P) réagissent contre les protéines ribosomales acides phosphorylatées P0, P1 et P2 (avec une masse moléculaire de 38, 19 et 17 kDa, respectivement) et sont situés sur le protomère S60 des ribosomes. Les anticorps anti-rib-P peuvent être détectés chez environ 15 à 20 % des patients atteints de LED. Ils sont hautement spécifiques pour le LED, ce qui signifie qu'ils peuvent être utilisés comme marqueur de diagnostic pour la maladie. En outre, une association a été décrite avec des manifestations particulières du lupus, en particulier avec des affections neuropsychiatriques, rénales et hépatiques. Concernant l'existence de ces associations, les résultats divergent néanmoins en fonction des différents paramètres d'études, de la population étudiée ou de la sensibilité des tests utilisés pour la détection des anticorps anti-Rib P.

Les tests EliA Rib-P Wells sont recouverts de protéines ribosomales P recombinantes humaines (P0, P1, P2).

Quand le dosage est-il recommandé?

En cas de suspicion de LED.

Isotypes des anticorps

IgG

Méthodes de détection

EliA sur instruments de laboratoire Phadia

Références

Kiss E, Shoenfeld Y.  |  Gerli L, Caponi L.  |  Mahler M et al.

Haut de la page

 

Mi-2   NOUVEAUTÉ !

Produit

N° article

Nombre de tests

EliA Mi-2 14-5604-01 2 x 12 tests

Support promotionnel

Performance Folder
EliA Mi-2 (PDF)

Antigène

Il y a deux formes de protéines Mi-2 qui montre une grande similarité (presque 70 %) : Mi-2α (208 kDa) et Mi-2β (218 kDa). Seule la Mi-2β semble être la cible spécifique des autoanticorps. La Mi-2 semble jouer un rôle dans la régulation de la transcription. La Mi-2β fait partie d'un complexe nucléaire appelé « NuRD (nucleosome remodelling deacetylase) ».

Les puits de Mi-2 EliA sont recouverts d'une protéine Mi-2b recombinante humaine dans le système baculovirus/cellules d'insecte.

Maladies associées, prévalence des anticorps et spécificité

  • 15-31 % des patients adultes atteints de dermatomyosite
  • Rare (<1 %) chez les patients atteints de polymyosite
  • Plus de 90 % des patients positifs à l'anti-Mi-2 sont atteints de dermatomyosite.
  • La spécificité de l'anti-Mi-2 est très élevée. Dans notre étude de validation, aucun des 180 contrôles de maladies n'était positif.

Contrairement aux patients positifs aux anticorps synthétases (Jo-1, Pl-7, PL-12), les patients positifs aux anticorps anti-Mi-2 montrent :

  • Une évolution relativement modérée de la maladie.
  • De rares cas de synovite, des manifestations pulmonaires ou un syndrome de Raynaud.
  • Une bonne réponse aux glucocorticoïdes.

Les anticorps Mi-2 sont détectables dès le début du développement de la myosite.

Activité de la maladie

Rien ne permet de penser que les anticorps sont corrélés à l'activité de la maladie et qu'une rechute est possible. Il n'est donc pas recommandé d'effectuer des tests de suivi réguliers après le diagnostic.

Quand le dosage est-il recommandé?

  • Diagnostic différentiel de myopathie/myosite
  • En cas de suspicion de myopathies inflammatoires idiopathiques (IIM)
  • Diagnostic différentiel de la myosite poly- dermato- et à inclusions cellulaires
  • Suivi d'un écran EliA CTD positif, si les anticorps communs sont négatifs

Références

Conrad K et al (2002)  |  Ghirardello A et al (2005)  |  Targoff IN (2007)  |  Targoff IN (2000)

Haut de la page

 

Fibrillarine  NOUVEAUTÉ !

Produit

N° article

Nombre de tests

EliA Fibrillarine 14-5606-01 2 x 12 tests

 

Support promotionnel

Performance Folder
EliA Fibrillarine (PDF)

Antigène

Synonymes de fibrillarine :

  • Scl-34
  • U3-RNP
  • rRNA 2'-O-méthyltransférase

La fibrillarine, une protéine 34 kDa, est le principal composant du complexe U3-RNP nucléaire, qui intervient dans le traitement pré-rRNA. La fibrillarine est également un composant d'autres petits complexes ribonucléoprotéiques (snoRNP) et se trouve également dans les corps de Cajal.

Les puits de fibrillarine EliA sont recouverts de fibrillarine recombinante humaine dans le système baculovirus/cellules d'insecte.

Maladies associées, prévalence des anticorps et spécificité

  • 7-14 % des patients avec sclérodermie
  • Jusqu'à 64 % des patients avec SSc cutané diffus

Se produit plus fréquemment dans un sous-ensemble de patients SSc d'origine africaine (>50 %), de sexe masculin et souffrant de problèmes cutanés et viscéraux graves. Il s'agit du deuxième anticorps ANA le plus important chez les Afro-Américain avec SSc (après le Scl-70).

Marqueur de pronostic

Les marqueurs de SSc cutané diffus sont l'anti-fibrillarine (jusqu' 64 %), l'anti-RNA-Pol III (jusqu'à 85 %) et l'anti-Scl70 (jusqu'à 71 %), alors que les patients avec anti-fibrillarine ont le plus mauvais pronostic ; en effet, ils sont souvent associés avec une affection de plusieurs organes dont une affection de l'intestin grêle, une crise rénale, une fibrose pulmonaire/hypertension artérielle pulmonaire ou une inflammation musculaire. Les patients positifs à l'anti-fibrillarine sont susceptibles de développer des alvéolites, des fibroses pulmonaires et, plus tard, une hypertension vasculaire pulmonaire grave ; ils doivent donc être surveillés.

Spécificité

  • Forte spécificité de sclérodermie
  • Rare occurrence dans le LED ou le syndrome de Raynaud

Activité de la maladie

Rien ne permet de penser que les anticorps sont corrélés à l'activité de la maladie et qu'une rechute est possible. Il n'est donc pas recommandé d'effectuer des tests de suivi réguliers après le diagnostic.

Quand le dosage est-il recommandé?

  • En cas de suspicion de sclérodermie
  • Diagnostic différentiel des maladies caractérisées par le syndrome de Raynaud
  • Évaluation des membres d'un groupe à risque (par exemple les personnes exposées à la silice ou au mercure)
  • Utilisation des pronostics : diagnostic immunologique différentiel pour prévoir le développement potentiel de la sclérodermie
  • Suivi d'un IIF positif avec schéma typique de la fibrillarine

Références

Conrad K et al (2002)  |  Pollard KM et Hultman P (2007)  |  Steen VD (2005)  |  Steen VD (2008)  |  Tormey VJ et al. (2001)

Haut de la page